Si vous aimez la musique: venez !

Déjà un mois que je suis au Danemark, un mois de passé à OrkesterEfterskolen… Quel sentiment étrange que de se sentir parfaitement chez soi dans un pays et auprès de personnes qui, quelques semaines auparavant, vous étaient complètement inconnus !

Je m’appelle Iseult, j’ai quinze ans, et je viens de Toulouse, dans le sud de la France. J’ai commencé le violoncelle à dix ans. Quand, en fin de collège, l’idée m’est venue de partir étudier un an à l’étranger, le programme de musique que propose OrkesterEfterskolen est apparu comme une solution parfaite pour concilier cette envie d’aventure et la pratique de mon instrument. Je n’avais jamais véritablement envisagé de devenir musicienne professionnelle, le violoncelle restant un loisir, mais depuis que je vis ici, la musique prend dans ma vie une place de plus en plus importante.

Ici, je fais partie du programme « orchestre », mais l’école propose également un programme « chant – théâtre » ainsi qu’un ensemble pour les pianistes.

Pour ma part, j’ai un cours particulier de violoncelle par semaine, et le mercredi après-midi, l’orchestre se réunit pour répéter. Les cours particuliers sont peut-être le moment de la semaine que j’attends avec le plus d’impatience, je peux dire que j’adore ma prof de violoncelle, qui sait se montrer souriante et positive tout en restant exigeante et trouve toujours une façon constructive de me corriger. Tous les matins, une heure est aménagée pour la pratique personnelle de son instrument, et c’est un moment vraiment important de la journée – même si on est pas toujours bien réveillé.

Faire partie de l’orchestre donne un sens à toutes ces heures de pratique : le résultat sonne vraiment bien ! C’est vraiment une sensation magique de se sentir une part de cet ensemble ! Le  lundi après-midi, la chorale réunit toute l’école, et c’est un autre moment de la semaine que, je crois, tout le monde aime beaucoup. C’est dynamique, les chansons choisies sont intéressantes…

Par ailleurs, tous les élèves suivent deux cours de solfège par semaine, en petits groupes de six ou sept élèves. Je n’avais jamais pris de cours de solfège avant de venir ici, alors que certains élèves l’étudient depuis huit ou neuf ans, mais chaque groupe est adapté à un certain niveau, le but étant uniquement de faire progresser chacun.

J’ai également commencé le piano comme un second instrument, puisque tous les élèves ont la possibilité de prendre de courtes leçons gratuites d’initiation. Mon instrument privilégié reste le violoncelle, et je ne travaille le piano qu’un quart d’heure par jour. C’est quand même très agréable d’apprendre quelques bases, de connaître quelques morceaux, et c’est une aide précieuse pour comprendre le solfège !

Nous avons aussi des matières plus « scolaires » mais toujours concernant la musique. Le mercredi soir, tous les élèves ont « vaerklytning »… Je ne pense pas pouvoir trouver de traduction directe ! Il s’agit de l’écoute et l’analyse d’un oeuvre musicale. Si vous ne parlez pas danois, la partie analyse peut se révéler un peu ennuyeuse, mais ça reste un moment très agréable : le soir, après le dîner, tout le monde s’allonge sur des poufs, des couvertures et des coussins pour écouter un morceau de musique, il y a pire comme cours ! Le jeudi après-midi, les élèves de classe 10 (équivalent de notre première) ont deux heures de cours d’histoire de la musique. Là encore, ça semble intéressant, mais je ne maîtrise pas assez le danois pour tout comprendre.

Mais la musique à OrkesterEfterskolen ne s’arrête pas à ces heures de cours ou de pratique… La musique est présente tout le temps, en fait, où que vous promeniez dans les parties communes de l’école, vous entendrez quelqu’un chanter ou jouer au piano ou à la guitare… Et bien-sûr, les concerts, qui sont les moments les plus intenses, les plus excitants ! Nous avons déjà joué nos premiers concerts, beaucoup d’autres sont à venir, et notamment, toute l’école va aller à Copenhague, la capitale du Danemark, et l’orchestre va jouer dans une célèbre salle de concert. D’autres évènements importants sont prévus, au cours de l’année nous allons faire un voyage en Allemagne, et jouer dans différentes grandes villes…

L’année est ponctuée d’évènements plus mineurs, comme les fêtes de noël ou encore le bal de l’école… Tous les élèves de seconde année nous promettent que ces fêtes vont être mémorables ! J’ai hâte de découvrir les traditions danoises pour Noël (ça a l’air d’être vraiment important) !

Ce à quoi je ne m’attendais vraiment pas en venant au Danemark, c’est les cours de danse folklorique. Sans doutes une des expériences les plus drôles que j’aie jamais faites… Un lundi sur deux, toute l’école se réunit dans le gymnase et, accompagnés au piano, on apprend quelques pas de danses traditionnelles… Beaucoup de fous rires au rendez-vous !

Nous avons aussi quelques heures de maths, d’anglais, de danois, d’allemand, de SES, et de sport, et nous, les étudiants étrangers, nous avons des cours spéciaux de danois pour les débutants, des leçons presque privées – nous ne sommes que quatre – qui sont une aide précieuse pour commencer à décoder cette langue mystérieuse qu’est le danois… Ces leçons ont lieu sur les heures d’allemand et de danois normal. Par ailleurs, les étudiants qui n’ont jamais fait d’allemand ne sont pas obligés d’aller aux cours.

Les cours, ici, n’ont rien à voir avec ce que vous connaissez si vous avez passé votre scolarité en France. Le système danois considère que être attentif en cours et apprendre des choses relève de la responsabilité des élèves. Cela signifie vous pouvez décider de ne pas travailler. Les ordinateurs et les téléphones portables sont autorisés, et personne ne contrôle à quoi vous les utilisez. Jamais personne ne vous dira rien si vous bavardez, ou même si vous vous levez en plein cours et sortez de la salle sans demander la permission, ou encore si vous apportez une tasse de thé en cours. Si vous ne faites pas vos devoirs, le pire qui pourra vous arriver sera un regard déçu de la part du prof. Les heures de colle n’existent pas, les punitions sont rarissimes. La conséquence de cette grande liberté, c’est que tout le monde aime aller à l’école et adore les profs.

Ici, contrairement à mon ancien collège, tout le monde prend ses responsabilités pour que l’école fonctionne bien. On fait le ménage nous même, on aide aux cuisines, mais si tout le monde participe, l’entretient de l’école ne prend qu’une demie heure, deux fois par semaine. Sans doute pour cette raison, tout le monde prend soin du matériel et l’école reste toujours propre. Tout le matériel est neuf et en excellent état, l’école investit régulièrement dans du matériel électronique de qualité (tableaux tactiles, excellente couverture wifi, etc…), la salle de répétition de l’orchestre est neuve et la qualité du son y est très bonne, et, plus que tout, la cantine est délicieuse et les plats faits maison, la nourriture de qualité et fraîche, le pain est toujours fait main et tout juste sorti du four… Rien à voir ave un self-service basique de collège en France !

Mais, bien au delà des cours, peut-être même au delà de la musique, être à OrkesterEfterskolen, c’est adopter une très grande famille, c’est des amitiés très fortes, c’est apprendre à vivre tout le temps avec d’autres gens, c’est beaucoup de fous rires, de complicité, c’est prendre l’habitude de serrer les gens dans vos bras au lieu de simplement dire bonjour ou bonne nuit, c’est avoir toujours quelqu’un auprès de vous, dans les bons moments comme dans les plus durs… C’est découvrir une autre culture, une autre façon d’être, beaucoup plus libre et sincère qu’en France, c’est expérimenter d’autres points de vue, rencontrer d’autres gens… Le Danemark est connu pour être le pays le plus « heureux » d’Europe. Je ne vois pas vraiment comment on peut calculer le bonheur d’une population, mais plus de temps je passe ici plus je me rends compte que c’est vrai ! Ici, on se sent vraiment libre, et les gens sont beaucoup plus gentils qu’en France, à OrkesterEfterskolen en tous cas. Peut-être est-ce parce qu’on est si peu nombreux dans l’école, mais tout cas, tout le monde prend soin de tout le monde, personne n’est laissé à l’écart, et si vous avez besoin d’aide ou de soutient, vous n’avez pas même besoin de demander. Le fait de partager sa chambre avec quelqu’un permet de lier une relation très forte et de n’être jamais seul ou sans soutien. Si toutefois deux colloques ne s’entendent pas, il est toujours possible de changer ! Les élèves sont en effet répartis dans des petites maisons de huit (deux chambres de deux garçons, deux chambres de deux filles, deux chambres supplémentaires pour la pratique de l’instrument, et qui permettent de s’isoler en cas de besoin, deux salles de bain, un séjour commun avec une petite cuisine).

Les profs sont aussi une part très importante de la vie ici. Vous vivez littéralement avec eux, ils viennent vous dire bonne nuit tous les soirs, mangent avec vous, sont toujours là si vous avez besoin d’eux. Les relations entre les élèves et les profs ne sont jamais tendues comme en France, les profs sont comme des amis, ou plutôt des parents, ils sont affectueux, ils veillent à ce que tout le monde se sente bien, soit entouré, progresse dans les meilleures conditions, et que chaque élève reçoive toute l’aide scolaire dont il a besoin. Tout est mis en œuvre pour que tous les élèves s’intègrent au mieux. Les deux premières semaines de l’année, par exemple, sont faites pour se rencontrer les uns les autres, au cours de jeux, de promenades, de sorties, de soirées… On n’a pas eu de cours durant ces deux premières semaines, on est allés à la mer, on a fait fondre les chamallows sur un feu de camps, etc, l’objectif étant d’avoir des occasions de discuter, de découvrir les autres, et, quand vous ne parlez pas danois, ou que vous êtes un peu timide, ça aide à aller vers les autres, à intégrer des conversations… Après ces deux semaines, je me sentais parfaitement chez moi dans cette école, et tout le monde se comportait de façon vraiment amicale.

Le temps file tellement vite, ici, j’ai peine à croire que je suis déjà ici depuis deux mois, et en même temps je m’y sens chez moi comme si j’avais grandi au Danemark. Je ne sais pas trop comment je vais faire pour rentrer en France l’an prochain et quitter tous ces gens merveilleux que j’ai rencontrés… Je préfère ne pas y penser. Cette expérience, que j’ai parfois envie d’appeler une aventure, m’aura apporté énormément : j’ai rencontré des amis avec qui, je le sais, je garderai le contact toute ma vie, mais j’ai aussi beaucoup découvert sur moi même, et vécu quelques uns des meilleurs moments de ma vie. En un mot, si vous aimez la musique : venez!

Har du kommentarer eller spørgsmål?